315. L'éloge des vaches, d'Albert Pillichody, FAVJ du 30 mars 1922.
Qu'elles sont bien, sur nos pâturages...
    Albert Pillichody fut inspecteur forestier de la commune du Chenit dans le premier tiers du XXe siècle. Il aimait à écrire et donna nombre d'articles pour différentes publications, notamment la FAVJ. La qualilté de ses textes mériterait que l'on en fasse une reprise intégrale. Tâche particulièrement longue et difficile à laquelle s'est pourtant attelé Jean-Luc Aubert de Genève. Souhaitons qu'il puisse un jour en arriver à bout! 
    La plupart de ces articles ont trait à la forêt. Et pourtant notre auteur était parfois tiraillé par le désir d'oublier ses sapins et de se livrer à quelque évocation autre que scientifique. Il nous donna ainsi, parmi différents textes du genre,  cet Eloge des vaches qui rend la place qu'il mérite à cet animal qui accompagne l'homme depuis si longtemps. Il lui fait retrouver son honneur et surtout cette intelligence qu'on lui a toujours dénié, cela sans raison aucune. 
    Ainsi Albert Pillichody sait voir la vache dans ce qu'elle a d'attachant et de particulier. Mieux qu'un berger il la retrouve sur nos vastes pâtures où il essaie de la comprendre dans son "mode de vie".  Cette étude, car on peut mettre dans cette catégorie cette remarquable évocation, est quelque part fascinante et fait découvrir les multiples facette d'un auteur qui n'a pas les yeux dans sa poche! Et qui, en plus, est bourré de sensibilité.