30. Sapinet sapin de Noël, un joli conte de Juste Pithon.     - Ce serait un non-sens, avait-elle dit, de faire mourir un arbre du Bon Dieu pour fêter la naissance de l’enfant Jésus.    
   
Et tous avaient convenu que c’était parfaitement logique.
  
  
Ensuite ce furent des conversations joyeuses et animées ; on reviendrait l’année prochain, on retrouverait grandi le petit sapin…
   
    Et moi, observant incidemment les alentours, je remarquai mes amis, le geai, dame pie, le père hibou, le bouvreuil, sagement alignés sur les basses branches d’un vieux sapin. Et ce n’est pas tout, il me sembla voir… oui, c’était bien le grand lièvre dressé sur ses pattes de derrière, sire blaireau, qui cligna de l’œil en me regardant ; ils fêtaient Noël eux aussi, toute la multitude des hôtes de la forêt, écureuils, renardeaux, fouines, putois, chauves-souris. Tous étaient là, attirés, captivés par la ferveur des cantiques, par les lumières de Noel, par cette miraculeuse et douce solennité en pleine foret ; la nuit de la Nativité.