300. Le grand troupeau (bis repetita).
Le beau moment, défiler au Pont sous les regards d'une foule admiratrice.
    Il a passé, au Pont notamment, ce 29 mai 2015, à 21 heures 30 environ. 
    L'instant fut une nouvelle fois émouvant. Avec bien entendu les bêtes que l'on décore pour l'occasion, mais aussi les hommes et femmes qui accompagnent, fiers et heureux de participer à cette belle manifestation, la trente-deuxième du genre si nos comptes sont bons.    
    La SDP (Société de Développement du Pont), profite toujours de l'événement, la montée à Collet, c'est quelque chose, pour installer sa tente sur l'esplanade centrale du village, la plus grande, là où l'on peut boire des verres en toute tranquillité! Et certains ne s'en privent pas! 
    Passe donc le grand troupeau. On l'entend longtemps avant qu'il ne soit arrivé au niveau des villages. Ce grand battement de cloches confondues dans un ensemble sonore très particulier. On l'avait dit en d'autres lieux, un peu comme le tonnerre, comme un défilé de tanks, alors qu'en réalité il n'y a que les bêtes et leurs belles et grosses campanes choisies tout exprès pour l'événement. 
    Au-delà des villages, Le Pont et Les Charbonnières, ce sera désormais la grande et longue route des alpages. Elle passe la frontière. Elle permet d'amener toutes ces bêtes à bon port, là-bas sur France. Et cette transhumance, elle dure depuis des siècles. Et si l'essentiel se fait désormais en camion, restent quelques farouches défenseurs de notre folklore pour faire perdurer la tradition en montant à pied. 
    Un troupeau, que c'est beau! Manque juste Goudron qui n'est plus là pour l'accompagner!