296. Enquête sur les tonneaux à fromages.
L'un des derniers tonneaux à fromages encore visibles à la Vallée de Joux.
    Rien qu'en cette bonne vieille Vallée de Joux, il s'en fit des milliers. Et pourtant il est devenu difficile de nos jours d'en retrouver la trace. Cela tient à deux choses. D'une part l'objet lui-même a disparu. Pour la simple raison qu'il prenait beaucoup trop de place dans un grenier quelconque ou qu'il fut consommé par les cirons. D'autre part l'achat de tonneaux à fromages devait certes figurer dans les comptabilités de nos marchands, mais comme celles-ci ont pour dire toutes disparu, et bien voilà, plus moyen de savoir ce qu'il en était de cette production boisselière pourtant d'importance. 
    On sait que cet emballage ne nécessitait pas forcément des bois de qualité, que c'était en somme un produit que certes l'on pouvait réutiliser plusieurs fois, mais qui néanmoins n'avait pas une valeur excessive, 4.- le tonneau, a-t-on pu lire quelque part. Il convenait donc, vu la forte demande et parce que ce ne serait jamais qu'un produit médiocre, d'être rapide dans ses fabrications. Les livraisons du boisselier au marchand se faisaient par char où l'on en entassait presque jusqu'au ciel, preuve que l'objet était léger. Que par conséquent il ne demandait pas un volume de bois excessif. 
    On dut en fabriquer dans tous nos villages. Il se peut même que l'on put en fabriquer sur place, au niveau des chalets. Par miracle, une collection privée est encore capable aujourd'hui de vous proposer ce genre d'article, échappé par miracle au temps et aux grandes mises en ordres des galetas. Il y avait les tonneaux complets, capable d'accueillir 8 à 9 fromages, et les demi-tonneaux, fait pour 4 fromages, cinq à la rigueur. 
    On le découvrira avec quelque surprise, toutes les photos qui nous permettront de faire connaissance avec cette industrie, proviennent de France. L'iconographie de notre Vallée, pourtant passablement riche, n'offre aucun cliché en rapport avec les tonneaux à fromages. Ce fait est plus que regrettable. Oserait-on espérer quand même de mettre la main un jour ou l'autre sur ce type d'image ?