27. Les écoles dans la commune du Chenit, documents divers.
Une classe quelque part dans le canton.
    Cette brochure composite offrira néanmoins une quantité assez étonnante d'informations de toutes provenances sur les diverses écoles de la commune du Chenit. Nombreux sont les auteurs combiers qui se sont penchés sur l'enseignement dans cette commune.  A vrai dire, beaucoup plus que sur celui des deux autres communes dont on ne savait pas grand chose il y a peu encore.        
    Participent donc de cette nouvelle publication Hector Golay, Samuel Aubert, Auguste Piguet,  Daniel Aubert I + II, et beaucoup d'autres retenus par la problématique scolaire qui ne fut pas mince, surtout à l'époque de la création d'un enseignement secondaire, celui-ci initié par Alexandre Bourgeois, un personnage très étonnant que l'on découvrira ici  dans ses oeuvres. 
    Cette matière est si conséquente qu'elle pourra retenir longtemps le lecteur, mais plus encore servir de référence pour toute personne désireuse de savoir ce que furent les écoles de cette commune depuis qu'elles furent institutées. Que de tracasseries de toutes sortes, que de problématiques à résoudre, et surtout, sur le plan officiel, que de discussions, de rapports, de statistiques, bref, on en parlait à longueur d'année. Mais plus encore, on agissait! 
    Nous n'avons pas rencontré ici de documents traitant de l'enseignement mutuel qu'on découvrira décrit par le menu en un autre chapitre. On n'oubliera pas non plus de consulter à part cette compilation la célèbre brochure jaune contant l'aventure du collège industriel du Chenit. Bref, si l'on se donne la peine de recourir à toutes les rubriques de cette série consacrée aux écoles de la Vallée de Joux, on en aura plus que pour son argent. Et surtout l'on deviendra plus savant que le soussigné qui aura depuis longtemps oublié l'essentiel de cette matière impressionnante.
    Les pages manquantes ont donné lieu à des chapitres séparés que l'on retrouvera en lieu et place.  
    En principe ce nouveau chapitre clot la série. Sans penser d'aucune manière avoir tout dit, considérant que cette première matière n'est qu'une approche d'un sujet d'une vaste complexité.