26. Du côté de Taveyannaz I - Découverte - 2010.
Les chalets de la photographie des Arts Lausanne no 1287 un siècle plus tard, en 2010.
    On était parti de Gryon pour traverser longtemps le haut du village qui n’est qu’une immense cité touristique éparpillée sur tout l’espace d’autrefois qu’elle a mangé presque totalement. Les paysans sont morts qui n’auront pas vu le massacre dans ses grandes largeurs. On n’arrivait pas à quitter une agglomération qui avait poussé loin ses tentacules vers les hauts. La pente bientôt était devenue très raide, que l’on avait affrontée déjà sur une route goudronnée, puis que l’on avait prise d’assaut par un très mauvais chemin sans charme grimpant droit contre la montagne. Il passait sous de grands sapins tristes dont les racines rampantes constituaient presque un obstacle. Nous avions pensé marcher tôt sous des futaies de feuillus qui nous auraient donné une ombre douce et bienheureuse, tandis que ce n’était que cette ascension par un chemin défoncé qui devenait par gros orage, on le suppose, un vrai fond de rivière par lequel s’écoule toutes les eaux de la région !