25. Les marques.
Paul-Edouard Candaux tamponne.
   Vous découvrirez ici une histoire, sommaire il est vrai, des différentes marques à vacherin, des tampons comme l'on disait.
    Ce tampon qui permettait véritablement d'authentifier le produit. La fierté de l'affineur. Tout juste s'il ne couchait pas avec !  Hélas, avec le marquage industriel, procédé appliqué depuis le milieu des années huitante environ, la marque à encre s'est vue complètement abandonnée. Et les timbres, nos fameux tampons, ont aussitôt disparu pour la plupart dans les foyers de nos chaudières. Ils ne resserviraient plus! Telle fut la rengaine désormais. Et c'est la raison pour laquelle ce type d'objet est devenu d'une rareté folle, à mettre presque en équivalence avec la Colombe de Bâle!
    Mais heureusement,  cette tranche de l'histoire du vacherin ne mourra pas. En effet, restent tout de même quelques tampons, par ci, par là, et ceux-ci, que désormais l'on garde aussi précieusement qu'une répétition minute de la maison Louis Audemars, c'est tout dire!, pourront témoigner pendant longtemps encore, nous l'espérons, de cette façette des activités de l'affineur.
    Suivez le guide, et surtout n'hésitez pas à poser des questions!