23. Le journal Reflets (BCV) prend le pouls de la situation économique à la Vallée de Joux.
Couverture de Reflets 1988.
    Heureux pays qu'est la Vallée de Joux! Pays qui a du caractère, où l'on s'est forgé une existence que les gens des villes envient. Et on l'a forgée avec art, en y incorporant des activités nécessitant soin, précision et ingéniosité.
    Pays de contrastes, la Vallée de Joux connâit aussi bien les grandes chaleurs estivales que les frimas de l'hiver. Chacun peut y trouver la joie des sports nautiques et l'ivresse blanche sur les nombreuses installations de remontées mécaniques. Les fervents de ski de fond n'ont que l'embarras du choix, la nature intacte ne demande qu'à être courtisée.
    A 45 minutes de Lausanne, la Vallée de Joux n'est pas aussi perdue que l'on veut bien le dire. Chaque année, plusieurs familles y élisent domicile tout en conservant leur activité professionnele en plaine. La qualité des voies de communications permet d'effectuer des déplacements journaliers dans de bonnes conditions, ceci même en hiver où l'on entretien des routes est remarquable.
    L'économie locale peut être qualifiée de très saine. Lors de la crise horlogère, les médias ont trop souvent dramatisé la situation économique combière. Par contre, les créations d'entreprises ou les mérites obtenus sont souvent restés très discrets. C'est aussi un peu là le caractère du "Combier" qui demeure un personnage réservé mais combien chaleureux, une fois la conifance de son interlocuteur acquise.