22. Radieuse aurore, de Jack London.
En 10/18, c'est léger et ça se lit d'un trait.
    Un roman de haute volée, tonique au possible, qui vous permettra de vous rendre compte, et même si cent mille récits traitent du même thème, que l'argent ne fait pas le bonheur mais qu'il y contribue! Pardon de cette boutade, qu'il y a des limites à la possession de biens matériels, et que finalement la réussite d'une vie ne se mesure pas à l'aulne de ce que l'on possède ou de ce qu'on a gagné. Les considérations des hommes certes, se portent  et se porteront  toujours sur ceux qui en ont, véritable fascination que ceux-là exercent sur les moins bien nantis. Mais  il n'en ressort pas moins que le secret du bonheur, encore que nous ayons là un terme qui ne sera jamais vraiment expliqué, ne réside pas forcément dans cette considération factice que l'on vous porte si vous êtes bourré aux as et savez le montrer,  mais dans des valeurs autres et que l'on ne remarque pas forcément. 
    Faites dans le petit et vous aurez des récompenses!      
  Si vous aimez le nord, si vous adorez les intrigues de la finance genre Largo Winch, si vous appréciez les romances et surtout la rémissions de vos péchés, vous trouverez un incomparable plaisir à lire Radieuse aurore. Un chef-d'oeuvre, une bouffée d'oxigène en une existence que l'on peine parfois à bien situer. 
    Mais  aussi le vrai plaisir de lire retrouvé dans sa quintessence.