214. Ces grands balanciers.
Au Petit Sapeau, chalet si beau, si beau...
    Ils étaient utiles, en ce sens qu'on les servait pour transvaser l'eau des citernes ou des puits dans les bassins, en ces temps où tout se faisait à main et où les machines de tous genres n'existaient que peu. Ils étaient beaux aussi, dressant dans de grands  ciels bleus l'élégance de leurs grandes perches. 
    On en rencontrait alors auprès de chaque chalet, et même au coeur du pâturage quand il y avait un point d'eau, soit un puits, cela évitant au bétail de trop marcher pour s'en aller boire. Et puis voilà, et cela à partir du milieu du XXe siècle surtout, on remplaça ces engins archaïques par des pompes à bras. Et si celles-ci étaient tout autant pénibles, ou presque, elles permettaient néanmoins de remplir votre bassin en deux fois moins de temps. 
    Vinrent enfin les pompes à moteur qui remplacèrent les pompes à bras que l'on coucha dans des lésines en leur souhaitant une heureuse retraite. D'aucunes figurent encore dans les greniers indonsables de ces vieux chalets. Elles ne resserviront probablement plus. A moins que le pétrole ne devienne si rare qu'il faille les ressortir. Sait-on jamais. Car aussi il  ne faut jamais dire fontaine je ne boirai plus de ton eau.  
    Trois systèmes donc au cours des âges pour transvaser l'eau des citernes ou des puits dans les bassins où le bétail s'abreuve. Chose amusante, ce qui prouvera la rapidité d'intervention des deux derniers systèmes, le premier étant aussi vieux que le monde, on a connu les trois ! Raison pour laquelle il ne nous est pas trop difficile aujourd'hui de les décrire avec quelque détails de derrière les fagots qui pourraient vous faire plaisir !