213. Remuage II.
Le remuage dans sa réalité, mais aussi dans toute sa poésie alpestre.
    L'opération se pratiquait plusieurs fois d'une saison. Il s'agissait de passer d'un alpage à l'autre, les deux composant une seule exploitation. Sur le Mont-Tendre, par exemple, le chalet de rechange serait situé à l'étage supérieur, où donc l'on montait en second. Et ceci avec tout le matériel de fabrication. 
    Dans tous les cas, il n'y avait jamais qu'une cave, d'ordinaire celle du bas, où les fromages étaient tous rassemblés. Si fait que lors des fabrications d'altitude, l'on desdendait le fromage du jour au chalet principal. 
    Pour le remuage, il fallait charger tout le matériel sur un char et le charrier prudemment à l'autre chalet. Cela prendrait bien la moitié d'une journée, et opération répétée plusieurs fois pendant la même saison. Elle était dérangeante, certes, mais aussi elle permettait de changer un peu de paysage. Et quand l'on était en haut, l'air était plus vif, la vue plus grandiose, et cela ne pouvait que vous faire du bien. Autant à vous qu'à votre bétail qui se réjouissait de manger une herbe différente, plus courte certes, mais Ô combien meilleure.