209. Le Bonhomme, alpage de la commune du Lieu situé en-dessus des villages du Séchey et des Charbonnières, sur la route de Mouthe.
Le Bonhomme vu de l'arrière vers 2005.
   Le Bonhomme, au-dessus des villages du Séchey et des Charbonnières, a une longue et belle histoire. Celle-ci, d'une certaine complexité, ne pourra pas toute être retracée ici. Nous n'en donnerons que les grandes lignes. Qui permettront nénamoins  de se faire une bonne idée de cette zone alpestre qui était habitée à l'année autrefois, en une ou plusieurs fermes, celles-ci toutes disparues, ne laissant qu'un chalet, le Bonhomme-dessous, tandis qu'autrefois s'élevait une seconde construction de ce type, le Bonhomme-dessus, dont la fin reste pleine d'interrogations. 
    Le Bonhomme fut  construit en 1616 par un dénommé Bonhomme, d'où le nom. Il s'agissait en fait d'Abram Rochat. Un autre Rochat, Pierre-Abraham, constitua là-haut, un siècle plus tard, une vaste propriété que ses descendants, les Manuel, du nom d'un personnage de la lignée portant le nom d'Emmanuel, possédèrent jusqu'en 1877. La montagne fut alors rachetée par les Grobéty de Vallorbe, grands marchands de farine. Elle y construisit en 1907, sur l'emplacement de l'ancienne ferme des Rochat, cette villa que l'on peut encore voir de nos jours et dite précisément la Villa du Bonhomme. 
    Les Grobéty vendent le Bonhomme et le Pré Jentet qu'ils possédaient aussi, à la commune du Lieu en 1913, et cela pour le prix de 210 000.-. Tenez-vous bien, celle-ci, en 1916, effectue des coupes de bois dont le rapport total sera de 209 000 ! Desquels il faudrait juste retrancher le façonnage pour un peu plus de la moitié du lot, somme insignifiante à l'époque par rapport au prix de vente.  Car pour ce qui concerne le bois exploité sur le Bonhomme et sur  le Pré Jentet, vente de 120 000.-, le façonnage n'a coûté que 10 000.- !!! Belle époque pour les communes, un peu moins pour les bûcherons, dont certains venus d'Italie et auxquels on arrivait même à reprocher en toute bonne conscience l'argent qu'ils venaient nous prendre ! 
    Il est de bien entendu que le sort s'est vengé à sa manière, et qu'une telle occasion  ne se retrouva jamais plus.  
    Le Bonhomme est loué aujourd'hui, et cela depuis 1958, par la famille Armand Golay des Charbonnières.
    Le Bonhomme fait donc encore parler de lui plus de 4 siècles après qu'il ait posé sa tente dans ce joli coin de notre territoire qu'il vous conviendra de visiter. Et si par hasard vous tombiez sur un exemplaire de: Histoire du Bonhomme, Editions le Pèlerin, 2003,  n'hésitez pas à vous le procurer. Tiré à 12 exemplaires, il est de toute évidence que c'est déjà une rareté !