2010. Les Charbonnières perdent leur autonomie - 24 Heures du 18 août 2010 -
Qu'elle est belle, notre Palestine à nous!
   D'aucuns visaient à supprimer les villages. Ils n'ont même pas eu à lever le petit doigt, puisque la chose s'est faite toute seule, naturellement, faute de combattants, mais surtout par un manque d'intérêt tout à fait ordinaire. 
   Pour les Charbonnières, c'est tout de même une fin assez peu glorieuse. Le soussigné n'en est pas plus fier qu'il ne le faut lui non plus. C'est une sorte de débâcle, de délitement, où la paresse fut  aux avants-postes plus qu'un projet réel d'avenir. On pourrait en discuter longtemps.
   Car il vaut la peine ici de se souvenir que ce village avait connu une administration probablement presque en ses débuts, à la fin du XVe siècle, tandis qu'on réclamait un berger particulier, ne pouvant pas, vu les distances, mêler son troupeau avec celui des gens du  Lieu.
    Mais la première mention écrite et indiscutable  d'une gouvernance parfaitement formée remonte à 1653. Pour en savoir plus on ira à cette date.
   Concluons par cette constatation, que l'on peut supprimer une organisation vieille de 357 ans sans que cela ne fasse pour dire aucune vague. Cela est à coup sûr un enseignement précieux pour celui qui se veut de percer le comportement humain d'une part, et la marche de la société dans son ensemble d'autre part.