200. En diligence sur la route du Simplon.
Un livre qui vous offre des postes et vous ouvre des portes...
    Rien de notre fait. Simplement la belle découverte d'un ouvrage intéressant sur le sujet: En diligence sur la route du Simplon. 
    Cette plaquette, format A4, 52 pages, a été éditée en 1969, pour le compte des Editions OVPHIL à Lausanne. Presque cinquante ans plus tard, nous nous croyons autorisé à redonner le jour à cette publication qui nous permet de retourner au siècle des diligences, celui-là même qu'aura évoqué un autre auteur dans un ouvrage considéré comme fameux: La Suisse des diligences, Pierre Grellet, 1947.
    On part donc de Genève, on traverse les villes principales des Pays de Vaud et du Valais pour arriver à Brigue au pied de ce Simplon qui fascine et effraie tout à la fois. Mais que va-t-on bien pouvoir trouver sur ces hauteurs ? La neige et la glace, les précipices, la mort peut-être ?
    En fait la route est bonne, et il ne semble pas qu'il y ait eu trop de diligences à vous emmener dans les canyons les plus profonds où coule quelque rivière. On reste à flanc de coteau, on passe sur des ponts, on s'enfonce dans des tunnels ou des galeries. Et surtout l'on arrive enfin au sommet où se profile dans toute sa majesté l'Hospice. C'est déjà là une bonne étape de faite.
    Puis l'on redescend contre l'Italie. Et là, en bas de cette longue déclivité où les chevaux peuvent se laisser aller, et après que l'on se soit ravitaillé à Simplon-Village, c'est l'enfoncement dans les gorges effrayantes de Gondo. On n'en ressortira pas, sûr et certain. C'est impossible. Mais voyez donc ces falaises, je vous le dis, elles sont si raides qu'elles surplombent. Il va vous tomber dessus un énorme rocher. 
    Et quand même l'on passe, et l'on descend toujours, et l'on franchit la frontière, et l'on se retrouve bientôt à Domo d'Ossola où vous êtes déjà happé par l'air du sud. Au-delà, et bien c'est tout simplement la vaste Italie qui vous tend les bras!  

    En fait il n'y aura aucun document annexe, le dossier étant trop lourd pour figurer ici. Nous vous conseillons donc de le découvrir à la Bibliothèque cantonale où sans aucun doute il doit figurer. Avec nos regrets. Essayé, pas pu!