1. Le pont de la Goille au Pont.
Le pont de la Goille avant la construction de la ligne Pont-Brassus.
    Un ouvrage d'art dont les premières traces historiques remontent au début du XVIe siècle. Il est possible néanmoins que ce pont fut bien plus ancien que cela, construit déjà du temps des abbés. Les gens du Lieu ne se devaient-ils pas d'aller souvent du côté du couvent de l'Abbaye, ne serait-ce que pour  y participer à des corvées diverses ? On ne pouvait toujours franchir le lac en bateau, le contournement du lac Brenet n'est qu'une légende sans fondements géographiques possibles. Il convenait donc de construire un pont, chose relativement aisée, la distance d'une rive à l'autre entre le Pont et les Charbonnières, ou plutôt entre le territoire de l'Abbaye et celui des gens du Lieu, puisqu'alors aucun de ces deux villages n'existait, n'étant pas excessive. Un pont qui naturellement pouvait être de temps à autre emporté par les eaux. Qu'à cela ne tienne. On remettrait l'ouvrage sur le métier. 
    Cette destruction périodique du pont de la Goille est au moins prouvée au XVIIIe siècle. Par la faute des intempéries, tout autant par celles créées par les  hommes, l'ouvrage d'art fut emporté au moins deux fois. Les frais pour sa reconstruction, à cette époque, l'ouvrage étant déjà d'une complexité conséquente, furent élevés. On cherchait à chaque fois quel était l'entrepreneur abruti dont les idées géniales n'avaient réussi qu'à conduire à la catastrophe. 
    Toutes ces aventures avaient déjà été contées par le Juge Nicole, on les retrouvera encore une fois ici dans cet ouvrage que l'on peut dire assez bien documenté. Bonnes découvertes et bien du plaisir à franchir une fois encore, mais cette fois-ci en prenant tout votre temps, le pont de la Goille, de bonne mémoire...