19. La mi-été, par Cécile Delborne - 1937 -.
Une ruelle de Taveyannaz pour le moins animée.
    Vers le milieu de la saison des alpages, les vachers reçoivent la visite de leurs familles, de leurs patrons ou de leurs connaissances, chargés de toutes sortes de biens qu’on ne trouve qu’en bas. Des tonneaux même ont gravi péniblement les abords escarpés des pâturages sur des chars à deux roues, qui liment de rocaille en rocaille le bout de leurs brancards. Le chasseur les a suivi ainsi que le musicien renommé ; et voici les danseuses, avec leurs jupes bleues bordées d’une raie rouge. C’est quelque chose de grave que cette joie toute ordinaire au milieu  d’une si étonnante nature, que cette danse qui ne fait aucun bruit… et que l’on voit pourtant de loin tourner, sauter et se croiser sur l’herbe courte et fine, au pied des blocs immobiles devant ce spectacle étrange…