1902. Un grand concours international de ski au Pont et une réflexion sur l'état de ce sport par Samuel Aubert.
Une belle affiche sur le Pont.
    Heureusement le ski prend. On en compte bien une cinquantaine de paires dans la contrée. Instrument de luxe, diront les uns! oui bien, si la santé est un luxe, car existe-t-il meilleur moyen de remettre à son état normal le corps fatigué par une semaine de labeurs, qu'une après-midi de dimanche consacrée à courir les bois et les montagnes, même avec les culbutes obligées le long des pentes.
    Espérons pourtant qu'on ne va pas nous l'imposer, le ski. Les vélos sont frappés... Et les pianos, n'y aurait-il pas autant de raisons et de les imposer que les cycles. - Beaucoup de personnes gagnent tout ou partie de leur existence, grâce au piano! - Parfaitement, mais la bicyclette ne devient-elle pas de plus en plus le véhicule de l'ouvrier qui a loin pour se rendre à son travail ? - Si, suivant les uns, la bicyclette est un instrument de luxe, le piano l'est tout autant, si ce n'est plus. Et puisque l'on impose l'un pourquoi ne pas imposer l'autre.