1833. Une puissante gelée...
Tous ne s'en plaignent pas forcément...
    La commune du Chenit a été frappée d’une grande calamité cette année, par un gel des plus extraordinaires qu’on n’ait jamais vu en été, la nuit du 2 au 3 septembre, au point que d’après un examen et recensement fait, il se trouve que les grains en orge et en avoine qui étaient encore tous au champ et faisaient espérer une des meilleures récoltes, ont été considérablement avariés et dans une proportion telle que les 406 journées faites de labours et semailles qui auraient produit en moyenne 80 quarterons par journée, soit en tout 32 480 quarterons à 10 batz, frs. 32 480.- ne peuvent donner que le quart de ce produit, soit frs. 8120.-, encore en grain de mauvaise qualité, ce qui fait une perte d’au moins frs. 24 360.- ; que la récole des pommes de terre a aussi beaucoup souffert.