1830. Quand le pasteur Samson Vuilleumier montait à la Vallée.
La cure, deuxième maison à partir de la gauche, bâtiment où logea probablement le pasteur Samson Vueilleumier en automne 1830.
    C'était à la fin de 1830. Notre ami Samson passa quatre mois au Sentier, où il devint suffragant du pasteur alors en place, François Crinsoz, qui se trouvait peu bien. Alors deux malades dans une même cure ? Nous le disons pour la simple raison que Samson Vuilleumier avoue que sa santé était éprouvée à cause qu'il vivait trop en nos hauteurs ! Ce même qui choisit bientôt de transporter ses pénates à Moudon, cité réputée pour être le pot de chambre du canton. Il est des décisions difficiles à comprendre. 
    Toujours est-il qu'en ces quatre mois de "villégiature", le pasteur Vuilleumier eut l'occasion de fréquenter la bonne société du coin. Il y rencontra ainsi des François Golay, receveur de district, des Samuel Rochat, colonel, des Benjamin Bonnard, notaire. On le comprend, on ne cotoie de manière régulière que des gens de son niveau. 
    Où le pasteur Vuilleumier parle, pour deux dames elles aussi de petite santé, de cure de petit-lait, ce qui paraît avoir été la grande mode en ce temps-là, et plus encore dans les Alpes, du côté de la Gruyère, qu'en notre Jura jugé souvent trop austère, et quand bien même on en a fait ce slogan fameux: rien ne nous y attire, tout nous y retient! 
    Pour qui voudrait poursuivre le chemin en compagnie de ce pasteur plutôt fugitif, voici le livre à lire: "L'église vaudoise dans la tempête" - Lettres choisies de Samson Vuilleumier, publiées par Centlivres et Meylan, 1843-1846, Lausanne, 1947.