1789. Yvan Antonovich découvre notre Vallée et monte à la Dent.
Bonport par Escher, 1816.
    Très certainement un nom d'emprunt pour cet Yvan Antonovich de derrière les fagots. L'homme est un facétieux qui ne dédaigne pas d'entrelarder son récit de ces vers bien d'époque, où la dame de ses rêves est chantée à souhait. 
    Ce texte est précisément dédiée à celle-ci, Mademoiselle Louise de Ribaupierre. Des renseignements sont donnés sur cette honorable famille installée à Prangins. 
   On fait le tour de la Vallée selon le parcours classique, c'est-à-dire qu'invariablement, arrivé au Pont - on est venu une fois de plus par le col du Marchairuz - on s'embarque sur le lac Brenet et l'on visite Bonport en s'effrayant: 
                            Par de contraires mouvements                       
                            L'âme tour à tour entraînée                          
                            Demeure stupide, étonnée,  
                            Et l'on recule en admirant. 

    L'ascension de la Dent de Vaulion est un modèle du genre. Mieux encore la descente, alors que notre galant compagnon donne le bras à celle qu'il appelle sa marraine. Tout cela n'est pas toujours très sérieux, mais néanmoins divertissant,  et,  au hasard de cette prose légère on peut découvrir un peu de ce qu'était notre Vallée d'alors.