16. Ô mon lac de Joux si beau...
Une si jolie glace, mais non pas verte comme dans nos rêves fous, mais d'un bleu roi éclatant.
    Année 2016. Il est resté impassible face à des froids par ailleurs bien modestes. Juste une ou deux nuits a-t-il laissé à une glace d'une épaisseur infime croire à la possibilité de croître. Mais quelques heures plus tard tout était déjà fini.         Les vagues ne l'ont pas quitté. Il fut le même, juste plus ou moins agité, plus ou moins couleur du ciel. Il a été monotone. Il ne nous a pas apporté les satisfactions que l'on attendait. A dire vrai, notre si beau lac de Joux, il nous a déçu. Il a creusé un vide dans nos coeurs. et ce qu'il nous a offert, ce n'est rien qu'un manque. Il nous a amputé de quelque chose. Il n'a pas rempli son contract. Ce n'est pas un vilain, n'allons pas jusque là, juste qu'il ne s'est pasa cru dans l'obligation de nous faire plaisir. Et de cela, on lui en veut. Et l'on se souvient de temps meilleurs. Et l'on met le doigt sur un idéal qui n'exista ni n'existera probablement  jamais.