16. Le ruisseau de la Golisse ou de La Combe.
Dernière étape avant le lac de Joux.
    Samuel Aubert en a parlé: 
    "... Mais il reste les eaux pluviales du vallon situé à son pied, qui s'écoulent vers La Golisse, le long de la gorge, de La Combe, comme on l'appelle, par un modeste ruisseau ne charriant qu'un mince volume d'eau en période normale. Mais en temps de crue et de fonte rapide des neiges, il prend de terribles colères, enfle son cours et sa voix et se transorme en un torrent furieux qui menace et parfois détruit la route qui le côtoie. Si modeste qu'il soit, le ruisseau de la Combe n'en poursuit pas moins son travail d'érosion, soit l'approfondissement de son lit". 
    Aujourd'hui, comme bien d'autres, et on se demande parfois pourquoi, le ruisseau a été entièrement mis sous terre. Ni vu ni connu, c'est comme s'il n'avait jamais existé!