16. La commune du Chenit au XVIIIe siècle, par Auguste Piguet, 1971.
Le Sentier à la fin du XIXe siècle.
    L'un des meilleurs Auguste Piguet, où l'auteur, non seulement traite de l'histoire proprement dite de cette commune constituée quelque cinquante ans avant le début de ce XVIIIe siècle, mais s'est donné pour tâche de décrire tous les métiers, petits et grands, pratiqués à cette époque. L'on y voit donc la naissance de la lapidaire, puis de l'horlogerie. 
    Les informations que nous donne notre historien local sont ici capitales, toutes étayées par une documentation importante, quoiqu'une fois de plus, l'auteur, ne cite que peu ses références, absence mortelle pour un historien. Il est vrai qu'Auguste Piguet, pensant s'adresser à des lecteurs ordinaires qui ne chercheraient pas forcément le détail, avait simplifié son oeuvre au maximum en abandonnant un appareil référentiel qui pourrait se trouver dans la version originale manuscrite, celle-ci déposée aujourd'hui aux Archives cantonales vaudoises. 
    Il nous apparaît aussi, au vu l'absence de certains secteurs dans la description en apparence systématique des principaux lieux habités de la commune, que le texte, publié dès après la mort de l'auteur par son fils Pierre, et  tel qu'il a été imprimé par les Editions Dupuis au Sentier en 1971,  n'est pas complet. Des recherches sont à faire dans le sens de retrouver la totalité des informations couchées sur le papier. 
    Ceci dit, ce texte fourmille de données  indispensables permettant d'éclairer de manière détaillée ce siècle des lumières vécu par la commune du Chenit. Un écrit qui parfois s'apparente à l'oeuvre folklorique du même auteur et que nous avons eu le plaisir de vous présenter précédemment sous sa forme dactylographiée.