1692. C'est la dèche!
Quand les céréales viennent à manquer...
    Suite à de nombreuses mauvaises récoltes dès 1688, nos prédécesseurs n'arrivent plus à payer la dime ordinaire. Qui plus est, ils empruntent pour acheter des céréales, non seulement pour se nourrir, mais aussi pour semer. Plus rien ne va. 
    Et ces emprunts, on n'arrive pas à les rembourser. Pour la commune du Lieu, celle-ci non seulement se fait caution des dettes privées, mais aussi les rassemble toutes afin de faciliter les opérations comptables dans une situation devenue inextricable. Restera à gérer cette créance.  
    La dette, autant pour les communes, celle du Lieu avait mis en gage ses seuls biens de l'époque, les pâturages communs, que pour les privés, pèsera pendant plus de quarante ans sur l'économie  locale. Elle poussa aussi ces braves gens à tenter par tous les moyens d'acquérir une profession secondaire pour tenter d'améliorer son niveau de vie, l'agriculture restant malgré tout la base absolue de la marche  des ménages.  
    D'une situation difficile, on réussira donc à s'en sortir en pratiquant la lapidairerie, puis l'horlogerie.