15. Lucien Lathion, un bicentenaire (1944), Jean-Jacques Rousseau à Sion.
Sion, gravure du XIXe siècle.
   Lucien Lathion avec cette étude de quelque vingt pages, a donné une analyse remarquable sur la problématique de Rousseau en Valais.
    Un Valais que cet auteur  a décrit dans la Nouvelle Héloïse, et notamment dans la fameuse lettre XXIII.
    On sait pertinemment qu'il ne faut pas voir en la description de Rousseau un morceau "ethnologique". L'auteur ne connaissait pas suffisamment les moeurs et coutumes de la région pour cela, méconnaissance qui provenait simplement du fait qu'il n'avait peut-être passé dans ce canton qu'une fois dans sa vie, alors qu'il revenait de Venise. C'est un peu court, jeune homme!
    Qu'à cela ne tienne. Ce n'est pas la connaissance superficielle d'une région qui va embarrasser Rousseau. Celui-ci compense largement, et de quelle manière, ses manques et brode à tour de bras pour livrer un texte en apparence plus vrai que nature. C'est là la marque du génie. Recréer ce dont on ne se souvient plus que vaguement, ou même réiventer s'il le faut. 
    Cette lettre XXIII, chef-d'oeuvre d'écriture, a beaucoup fait parler d'elle. Elle est à la base même du travail de Lucien Lathion sur le passage plus que rapide de Rousseau en Valais, à Sion en particulier.