141.  Castagne, autrement dit Gustave Frückiger (1885-1959), l'homme qui voyait les mouches comme des moineaux alors qu'il était fin saoul (ou vice versa peut-être)!
Louis Gustave Flückiger, peut-être alors voyageur de commerce.
    Gustave Flückiger est assurément un personnage atypique. Il faut l'être pour, un verre de trop dans le nez, voir les mouches commes des moineaux! 
    Son père, Louis Emile, originaire de Rohrbachgraben, dans le canton de Berne, arriva aux Charbonnières à la suite on ne sait de quels alléas de sa destinée. Il devint prince consort à la mode de plusieurs de ces pauvres diables qui échouèrent en notre village et y prirent pour femme des filles uniques. Il épousa donc Emma Stéphanie Golay. Le couple eut trois garçons, dont deux restèrent au village, Albert Emile et Louis Gustave. Les deux eurent des trajectoires quelque peu similaire de manouvriers. 
    Dans une vie où notre Gustave, surnommé Castagne, put faire quelques saisons d'alpage, il put mettre un haut fait à son actif: il se fit voyageur de commerce. Aussi le vit-on par périodes quitter le nid familial où il ne résidait plus qu'avec son frère, tous deux célibataires et ayant perdu leur mère depuis le début du siècle, et s'en aller courir le vaste monde. Des expériences qui purent nourrir son imaginaire et lui permettre de se poser en noble voyageur aux yeux de ses concitoyens qui étaient rivés quant à eux à leur hameau comme des clous plantés sur une planche ! 
    Bref, il y a en tout cela un rien de pathétique, certes, mais aussi néanmoins un peu de fantaisie. A découvrir sans plus tarder !