13. Moïse-Emile Rochat Thionville, amodiateur et commerçant - deuxième moitié du XIXe siècle.
La maison d'Alfred Rochat dit Pipi aux Crettets - Charbonnières -, dernier représentant au village de la famille Thionville.
    Voilà un nouveau Thionville, des Crettets, aux Charbonnières, à s'être lancé dans l'amodiation d'alpage et dans le commerce de vacherins, pour cette dernière activité rachetant par deux fois la production de la laiterie du village, et par une fois au moins celle du Pont.
    On connaît les Thionville depuis le milieu du XVIIIe siècle, le dernier représentant, célibataire, décédé vers 1965, fut Alfred Rochat dit Pipi.  On ne trouve pas son nom parmi les pierres tombales du cimetière des Charbonnières. Peut-être figure-t-il simplement sous un tertre sans pierre.
    Ainsi cette famille s'éteint de manière très discrète, après deux bons siècles d'existence sous le nom de Thionville. Cette appellation  pourrait fort bien provenir de la ville de même nom, en Moselle, où quelque ressortissant de la famille avait pu résider quelque temps lors d'une campagne militaire quelconque.
    Les Thionville possédaient au XIXe siècle un petit alpage situé immédiatement au-dessus du village des Charbonnières, la Caquerettaz. Il est pour dire certain, puisqu'il eurent eux aussi partie liée au vacherin, qu'il y fabriquèrent cette noble pâte molle dans le petit chalet qu'il y avait alors.  Cependant, en vertu de la surface modeste de cette montagne, il est certain que ce ne dut être qu'en quantités très limitées.