13. Jean-Jacques Rousseau, deux lettres sur le Val de Travers en 1763.
La maison que Rousseau habita à Môtiers.
    Rousseau, en écrivant ces deux lettres à Monsieur le maréchal de Luxembourg, vu le soin qu’il a du mettre à les rédiger, avait très certainement la conviction qu’elles ne resteraient pas simplement dans le secrétaire particulier de son correspondant, mais qu’elles seraient lues en public, voire même recopiées pour poursuivre leur petit bonhomme de chemin. Il serait trop compliqué à vrai dire de retracer l’historique de la destinée de ces deux missives. Elles constituent à elles deux comme une sorte de guide touristique de  la région que Rousseau habita pendant environ deux ans. Elles peuvent être ainsi mise à part de la correspondance générale, formant une parenthèse importante. 
  
Si la première des lettres concerne les habitants, la seconde s’attache à décrire les lieux dans ce qu’ils comportent de particularités. On se met dans les pas du promeneur solitaire et l’on parcourt le vallon, pour bientôt s’enfiler dans quelque grotte offrant à l’auteur de nous donner un cours savant de géographie physique. Les connaisseurs seuls pourront dire ce qui est juste et ce qui est faux de ce long exposé, qui ne dut, on le suppose, pas fasciner outre mesure le destinataire situé à quelques dizaines voire centaines de lieues d’ici.