12. La Société des Garçons des Charbonnières - connue dès 1773 - + généralité sur les Sociétés de garçons par le professeur Auguste Piguet
Les Charbonnières vues par Aberli à l'époque nous naît, ou plutôt renaît la Société des Garçons de ce village.
    On aura l'occasion, en notre voyage dans le temps, et principalement en compagnie des nombreuses groupements de notre Vallée, de fréquenter à maintes reprises les Sociétés ou Compagnies de garçons. Elles étaient toutes certes bâties sur les mêmes principes de base. Néanmoins chacune de celles-ci avait ses particularités.
    L'histoire des Garçons des Charbonnières a pu être établie grâce à un registre de procès-verbaux encore existant. Grâce aussi a une analyse que le professeur Auguste Piguet a pu en faire, à l'époque seul document du genre disponible pour les chercheurs. D'autre part deux articles au moins parurent à ce sujet,  l'un dans la FAVJ et l'autre dans la RHV.
    Il y a donc là une riche matière que l'on retrouve dans cette courte étude qui s'attachera, plus qu'aux détails d'une activité somme toute monotone, à reproduire les règlements de cette noble Compagnie.
    Signalons d'autre part que les activités des Garçons des Charbonnières apparaissent souvent dans le Livre de comptes du Vieux-Cabaret du même village, dont nous vous offrirons peut-être un jour le dépouillement complet. Il en vaut la peine, car non seulement le fréquentent les jeunes gens et les adultes du hameau, mais aussi ces paysans s'en allant à l'alpage, et tout autant ces contrebandiers français qui viennent s'y ravitailler, ou s'y restaurer quand il s'agit de reprendre le chemin de la frontière après que l'on soit allé faire ses emplettes au bord du Léman.
    Toute une époque, certes bien oubliée aujourd'hui, mais absolument passionnante.