129. Le Sylvestre de l'archiviste, un récit de Julie Meylan, paru dans la Revue du Dimanche du 2 janvier 1927.
L'archiviste aime les vieux papiers mais rêve néanmoins de la jolie fille de Mme Catherine!
    Jules Laubert, l'archiviste, apprête son bureau pour la soirée de Sylvestre. Un bon feu flambe dans la vaste cheminée aux chenets de cuivre. Les rideaux soigneusement tirés ne laissent point deviner les mille bruits de la rue,  et le cercle lumineux que trace la lampe sur la table massive éclaire le samovar prêt à bouillir, le service à thé en fine porcelaine et la coupe chargée de gâteaux appétissants.    
    Jules Laubert attend des visites et il veut se montrer un amphitryon convenable.    
    Après un dernier coup d'oeil pour s'assurer que tout est prêt, il s'installe dans un fauteuil devant le feu et se met à rêver. Evidemment, cette songerie est agréable, car un léger sourire flotte sur la figure jaune et maigre où de petites rides se croisent en tous sens.