127. Mythique Dent de Vaulion
On les avait rencontrées en redescendant de la Dent...
    C'est la pure montagne à vache que fréquentent aussi des hordes de touristes. Ceux-ci de nos jours optent plus volontiers pour la voiture les hissant là-haut depuis le grand plat des Vyneuves par cette route étroite de la Dent, que pour une ascencion à pied depuis le Pont ou Pétra-Félix. On est paresseux ou on le devient!
    Laissons la paresse à d'autres, la montée depuis le Pont, et quelque soit sa difficulté, est un enchantement. La Vallée se découvre alors à mesurer que vous montez. Et de savoir que vous remettez les pas dans ceux de ces milliers d'amateurs d'autrefois venant jouir ici d'une vue idyllique, et de réimaginez par exemple le Grand Hôtel du Lac de Joux dans sa pleine activité, en été 1905, cela vous emballe et donne à cette petite grimpette un air de pélerinage de bon aloi.
    La pente est raide, mais avec un rien d'entraînement, le sommet sera quand même vite atteint. On aura vu en passant deux alpages encore en pleine activité, la Petite-Dent-dessous, et la Petite-Dent-dessus. Attention à ne pas confondre avec la Dent, ou mieux encore avec la Dent-dessous!
    Quoiqu'il en soit, ici, tourisme et économie alpestre, restent indissociablement mêlés. Association admirable, puisque le bétail, tondant avec plaisir ces raides pâturages, les nettoyent au mieux pour les offrir au pas plus aisé des promeneurs.