120. Henry Meylan, peintre.     Henry Meylan (1895-1980), quoique né à la Vallée de Joux où il passa son enfance, peut difficilement être considéré comme un peintre combier. Les artistes originaires de cette région, d'habitude ne faisaient pas dans le nu, tandis que Henry Meylan y excellait, profondément heureux de témoigner à sa manière de la beauté du corps féminin.
    Alors un artiste tout court. Mais néanmoins combier d'origine et un talent que cette région aujourd'hui redécouvre et ne renie pas.
    Nous ne faisons ici qu'égratigner l'oeuvre de ce créateur magistral et aux styles innombrables, passant avec une facilité déconcertante de la peinture de nu à celle de nos vaillants mobilisés des années 39-45, de la lourde peinture des travailleurs de la terre à celle d'un paysage sous la neige enchanteur, de la gravure la plus achevée au dessin d'une troupe de baigneuses dans le plus simple appareil surveillées par un faune concupiscent! 
    Ce qui revient à dire que l'homme pouvait pratiquement tout faire et avec la même excellence, capable même, avec ses militaires d'être pompier!
    Il y aura encore beaucoup à dire sur Henri Meylan, sur son oeuvre surtout. Les quelques lignes qui suivent ne seront donc qu'un premier aperçu, introductives à un bel article paru dans la Patrie Suisse de février 1938 et consacré aux gravures d'Henry Meylan de quelques-uns de nos plus beaux temples vaudois.