11. Isaac-Moïse Rochat, commerçant - deuxième moitié du XIXe siècle -
Le quartier du Cygne aux Charbonnières tel qu'il se présentait avant 1866, possédé en partie par la famille des Manuel.
    Isaac-Moïse Rochat,  est de la grande famille des Manuel[1], aussi ancêtres des cousins  Mouison. Il est dit en d’autres lieux Jaques Moïse. Fils d’Isaac-Louis-Moïse Rochat, petit fils de Jean Pierre Rochat.   
    
Il rachète les vacherins de la Société de laiterie des Charbonnières en 1875.
  
    
Son père était naturellement amodieur, puisque propriétaire de la montagne du Bonhomme, qu’il partageait alors avec son frère Pierre Moïse Edouard Mouison.
Isaac-Moïse Rochat commerçait aussi avec la maison Tsalottet en 1880-1881, alors qu’à l’époque il est cité comme marchand.    
   
C’était le cousin d’Auguste Rochat Pit, autrement dit Titouillon. Il est probable qu’il faisait commerce dans la maison familiale, future maison Alphonse, celle-ci reconstruite en 1866-1867 à la suite de l’incendie de cette partie centrale du village. Il n’en est toutefois pas propriétaire sur le cadastre 1873-1875.
   
    On sait que la famille des Manuel, au Bonhomme, laisse une trace écrite d’une production de vacherin déjà en 1845.
    Il conviendra aussi de consulter notre fiche no 4 concernant les Mouisons.
    Nous sommes ici, on l'aura bien compris, dans l'une des familles des Charbonnières qui contribuèrent le plus à l'expansion du vacherin.

[1] Manuel découle très certainement d’Abraham-Emanuel Rochat qui vivait au XVIIIe siècle, père présumé de Jean-Pierre, grand-père de Isaac-Moïse et par conséquent arrière grand-père de notre marchand de vacherins.