118. Pour un nouvel arrêt à Brigue - octobre 2012 -
Une de ces bonnes vieilles diligences du Simplon.
    Il faut reconnaître que la vieille ville de Brigue présente des bâtiments extraordinaires, autant dans le volume que dans la beauté des façades et des ensembles. Il y a bien entendu ici, au milieu de ce complexe architectural remarquable, presque trop ripoliné, la présence du château de Gaspar Jodoc Stockalper.    
   
Il est indispensable de pénétrer une nouvelle fois dans la cour de ce formidable édifice et d’admirer les trois tours du seigneur des lieux, chacune dédiée à un roi mage – Gaspard, Melchior et Balthasar - , avec naturellement la plus grande portant le prénom de son constructeur, Gaspard, que la modestie n’étouffait très certainement pas !
   
   
Pour construire un édifice de cette envergure, il fallut que l’homme soit proprement mégalomane. Certes, la bâtisse avait surtout pour fonction le commerce et l’entrepôt des marchandises. Mais on doute qu’on ait monté celles-ci au niveau des huit étages de la tour Gaspard ! Ni aux étages des deux autres tours, les trois surmontées chacune d’un bulbe aux écailles de métal, en fer probablement, visibles loin à la ronde, témoignant ainsi de la présence du maître.