112. Quand le souvenir persiste...
Levage des sangles - vers 1980 - dans les forêts profondes du Risoud.
    Il avait quitté le métier depuis si longtemps qu'il ne s'en souvenait plus ! Et pourtant, de temps à autre, comme s'il faisait encore partie de l'une ou l'autre des nobles corporations concernant les diverses activités liées au produit, le vacherin, il revoyait sa binette. On lui demandait naturellement rien, d'autant plus que mis là dans une posture où on ne lui découvre qu'une mince partie du visage, la tête proprement couverte d'un vaste chapeau noir qu'il ne mit que quelques fois, alors que peut-être le temps était plutôt à la pluie qu'au grand soleil.        Il s'agit tout simplement du sort des photos qui, une fois prises, une fois publiées, peuvent courir le monde sans que vous ne sachiez rien alors que vous figurez dessus. Elles expliquent quelque chose, elles montrent une opération, elles sont le témoin le plus assuré d'un métier. Donc elles plaisent. Donc on les reproduit. Donc aussi, vous les retrouverez en des endroits où vous ne soupconneriez pas qu'elles fussent!!!