110. Vous êtes invités à retrouver la fête des vignerons de 1955.
Ces vaillants soldats suisses dans leur fier costume...
    Quitter le refuge ou la cabane voisine du glacier vers trois heures du matin, n'est certes pas chose extraordinaire pour un alpiniste. Mais pour un citadin, quitter son lit à cette heure ultra-matinale, pour aller quérir une place sur un bateau du lac de Genève - lac Léman, crénom de sort! - ce n'est pas une chose banale. Ce fut pourtant le cas en ce mois d'août pour des milliers de personnes désirant se rendre à Vevey, à la Fête des Vignerons. De partout, et par tous les moyens de locomotion disponibles, rail, route, air, eau, les gens ont afflué, d'aucuns de fort loin. L'arrivée à Vevey, que cela soit par le rail, la route ou par l'eau, fut organisée de manière parfaite, ceci malgré les bousculades inévitables.
    L'arrivée des bateaux, pavoisés aux mâts et aux cordages des multiples couleurs des cantons suisses, est très impressionnante. Les bateaux décrivent lentement des courbes gracieuses, s'inclinent légèrement sur le flanc, abordent avec calme et déchargent avec méthode et sans confusion leurs milliers de passagers, venant tant des rives suisses, que des rives savoisiennes.