110. Ouvrière à domicile.
Annette Dépraz-Rochat (1886-vers 1882).
    Il ne sera parlé ici que de l'une d'entr'elles, Annette Dépraz-Rochat, du Séchey, dite "La Nanet". 
    En son temps, c'est-à-dire en 1975, son neveu, le docteur Rochat de Grandvaux, eut la bonne idée de l'enregistrer. Elle traita de deux sujets principaux, la vie d'alpage aux Laisinettes, sur France, et le travail à domicile. C'est cette dernière profession dont témoignent les pages qui suivent. 
    Métier des plus ingrats, surtout quand vous travaillez avec des pierres dont la petitesse défie l'imagination. Et qu'il faut de bons yeux. Et qu'à force vous vous crevez les yeux. Et qu'en fin de mois, la paie est bien maigre. C'est ce que l'on appelle de l'exploitation. Et celle-ci, naturellement, était tout à fait autorisée à l'époque, voire bienvenue. Ces patrons, hein, qui roulaient carosse, ce qu'ils étaient personnages importants et influents. 
    C'est aussi ce qu'on appelle une société, avec ses inégalités flagrantes, acceptées, voire même favorisées. Il fallait cela, aurait-il pu sembler à l'époque, pour que tout roule, que les uns restent dans le bas, et que les autres se montent.
    Le tout,  dans aucun cas, ce bon vieux temps auquel on veut faire croire parfois. Nous en premier!