10. Les Sapeurs, trois générations de marchands de vacherin (seconde moitié du XIXe siècle - début du XXe).
Le temps des montées, avec à gauche la maison Sapeur aux Crettets, avec, pourquoi pas, Louis-Etienne admirant ce solide troupeau.
    Les Sapeur, un surnom bien de chez nous! Ceux-ci habitent le village des Charbonnières depuis sa création à la fin du XVe siècle. La branche qu'ils représentent ne porte cependant ce surnom de Sapeur que dès après 1825, année où le village se dote d'une pompe à feu.
    Les Sapeur, avant d'être commerçants, furent comme beaucoup d'autres de leurs concitoyens de ce même village, amodiateurs. Ils louèrent ainsi à la commune du Lieu les Ordons et la Tépaz.
    Il est aussi possible que c'est là qu'ils fabriquèrent leurs premiers vacherins, et que par la vente de cette modeste production, leur vint à l'idée qu'ils pourraient l'augmenter en rachetant les fabrications de leurs autres confrères. De cette idée nait probablement leur commerce. Qu'ils étendent au point de lâcher désormais l'alpage et de s'y  consacrer tout entier.
    C'était là au milieu du XIXe siècle. On retrouve les Sapeur au début du XXe en la personne de Louis Etienne Rochat. Son timbre, l'un des plus anciens que nous connaissions, signale qu'il est fabricant de vacherins. Cela correspond en effet à son état, puisqu'il était resté, ou redevenu, amodiateur de montagne.  
    Quoiqu'il en soit, les Sapeur furent très actifs dans ce milieu et laissent une trace durable, tout au moins dans nos propres fichiers!
    Honneur à eux!