105. Une course scolaire à la Tine de Conflens en 1905 - FAVJ du 1er juin -
La tine de Conflens que nous devons avouer n'avoir jamais vue!
    La Tine de Conflens n'en est pas éloignée. Nous l'atteignons, je ne dirai pas faiclement, en suivant un petit chemin à peine tracé dans les taillis et les buis, tellement serrés que, durant tout le trajet, on est obligé de se baisser comme les Romains à la bataille du Léman de passer sous le joug. Pour les petits cela va encore, mais pour les plus gros, c'est bien le cas de dire que la route est hérissée de difficultés.
    Enfin nous atteignons le bord de larivière et peu d'instants après, nous débouchons dans la Tine, où confluent le Veyron et la Venoge. Figurez-vous un vaste cirque formé par de hautes parois de rochers et dont le centre est occupé par la rivière. A gauche, par une gorge très encaissée et profonde, arrivent les eaux du Veyron, tandis que celles de la Venoge font cascade en tombant d'une hauteur de dix mètres avec un fracas de tonnerre. Le coup d'oeil est réellement merveilleux. La Tine de Conflans vaut bien une visite et elle mérite d'être connue davantage. Combien parmi les Vadois nen iont même jamais entendu parler?