100. En ski sur le Mont-Tendre en 1917, par Samuel Aubert
L'équipement de 1917 ne devait pas être bien différent de ce qu'il était au tout début du siècle.
    En décrivant sommairement les parties essentielles de l'itinéraire parcouru, il n'entre nullement dans mon esprit l'idée de vanter la performance de mes compagnons et la mienne. Skieurs de force moyenne, inhabiles, du moins moi, à la gymnastique sportive, nous n'avons pas la présomption de croire que nous avons fait quelque chose d'extraordinaire. Bien au contraire. Mais nous avons fait un joli tour, une course charmante qui, à tous, a laissé le meilleur souvenir. Et le but de ces lignes? C'est essentiellement d'inviter des skieurs à nous imiter, à sortir des itinéraires et des buts conventionnels. Nul doute que si une fois ou l'autre quelques-uns cèdent à notre suggestion et se laissent entraîner par notre exemple, ils n'éprouvent des jouissances semblabes à celles que nous avons ressenties dans le cours de cette traversée de la haute chaîne.
                                                                                                                  S.A.