97. De Morez à Nyon et vice-versa par Samuel Aubert en 1921.
Morez, quelque huitante ans plus tard...
     C'était le 25 juin, par un temps idéal, que quatre représentants de la Vallée, dont M. Léon Aubert, municipal et C. Dufaux, chef d'exploitation du P.-Br. se rendirent à Morez pour assister à l'inauguration du chemin de fer électrique, lequel relie cette ville aux rives du Léman.
    C'est en 1912 qu'ont été commencés les travaux sur la section suisse,  et l'inauguration du Nyon-St.-Cergue (19.800 mètres) eut lieu le 12 juillet 1916, après une interruption d'environ un an par le fait de la guerre. Pendant celle-ci, la frontière étant fermée, les relations entre les deux pays furent forcément plus que restreintes; aujourd'hui, n'y-t-il pas encore l'enconbrante formalité des passeports ?
    A l'arrivée à Morez, la fanfare et déjà sur pied. Un carré compact de population assiste à la décoration de trois poilus. Dans la ville admirablement pavoisée, ce qui frappe plus encore, c'est le nombre de mutilés de la guerre: triste souvenir d'un cauchemar à peine dissipé.