8. Les trompettes d'église, fragment d'histoire eccésiastique vaudoise, par Henri Vuilleumier - 1893 -
Des sons désormais enchanteurs en nos églises.
    L'introduction des trompettes dans les églises pour accompagner le chant des psaumes n'est pas un phénomène local, propre par exemple à cette Vallée de Joux que nous connaissons si bien! Ce fut là une coutume qui s'introduisit dans un rayon beaucoup plus large. Ici l'auteur ne va pas analyser le phénomène pour l'ensemble de notre pays, il va surtout s'attarder sur notre bon canton de Vaud, avec un clin d'oeil parfois à nos voisins.
     Ce jeu de trompettes aurait été introduit longtemps avant chez nous en Suisse allemande. Nous ne serions en fait que des retardataires dans ce sens, la faute probablement à cet esprit calviniste pur et dur. Calvin n'avait-il pas dit: "Tous les fringots et fredons de la Papisterie", cela englobant probablement toute musique jugée un peu trop scintillante. On est austère ou on ne l'est pas!
    Vuilleumier dit ainsi. "C'est donc dans le cours du XVIIIe siècle seulement que l'usage des trompettes d'église paraît s'être répandu plus largement dans notre pays".
    Dans ce nouvel usage, notre Vallée en somme fait bonne figure. On la cite dans pratiquement tous les écrits consacrés à l'introduction des trompettes dans les églises. Et l'on met naturellement en exergue la visite que fit parmi nous, en 1736, un magistrat de Lausanne, Gabriel Seigneux de Correvon. Qui fut fort impressionné par ce qu'il avait pu entendre à l'église du Sentier et qui laissa plus tard, en 1737, un témoignage très élogieux sur notre faculté admirable à nous instruire en tout.
    Nous croyons l'avoir déjà dit dans l'un de nos textes, c'est précisément à cette époque que nous commençames à nous gonfler la tête!