86. En attendant l'aube prochaine, de Julie Meylan, GL du 13 août 1916.
Or, cette fois-ci, Sami de la Forge vit un pays nouveau. C'était une prairie solitaire...
    La grande guerre eut aussi son incidence en Suisse, où elle ne fut pas loin de diviser la nation, avec les partisans de la grande Allemagne, du côté de la Suisse allemande, il ne pouvait en être autrement, frères de langue, et ceux de la France, au pays des Welches, pour les mêmes raisons. 
    Julie Meylan évoque ces sentiments de méfiance mutuelle dans un conte qui, cette fois-ci, s'accrochera au 1er août et à tout ce que cette date mythique peut avoir de sens dans la perpective d'un rapprochement nécessaire. 
    Elle met en scène Sami de la  Forge, berger de génisses sur un alpage de par chez nous et dont la solitude prolongée, au cours de sa longue existence, lui a permis de devenir ce que l'on nomme un "voyant". Et qu'importe ce que les autres pensent de ses "dons", car lui, il sait. Il voit. Ses rêves sont prémonitoires.