72. Le cheval du vétérinaire,  un conte de Dazur Lavallée - FAVJ du 22 mai 1968 -
En ces temps-là, il n'y avait qu'un seul vétérinaire à la Vallée, habitant le Solliat. Un Meylan, pour se distinguer des autres !
    Il était une fois un cheval lunatique dont les habitudes, pendant sept années, eurent pour la Vallée des conséquences inespérées et mirent à bien dure épreuve l'intelligence des Combiers. 
    Par mauvais temps, cet animal ne se distinguait en rien de ses congénères; servant surtout de monture au vétérinaire du Lieu, il emmenait son propriétaire aux quatre coins de la Combe avec toute la célérité désirable.    
  Mais dès que montait le baromètre, ce sacré quadrupède éprouvait un besoin absolu de liberté qui lui faisait perdre toute domesticité. Il se mettait alors à piaffer, ruer et se débattre tellement qu'il ne restait plus qu'à le délier et lui ouvrir la porte, sans quoi il eût ruiné son écurie. 
                                                                                  Dazur Lavallée