6. La forêt du Risoud, par René Meylan, Bulletin de la Société neuchâteloise de Géographie, 1925.
Que le mystère demeure!
    Avant d'avoir réalisé sa monographie sur la Vallée de Joux parue en 1929, René Meylan avait eu l'occasion de publier au moins un fascicule consacré à notre région. Il porte sur la forêt du Risoud. Cette vaste, profonde et fascinante forêt du Risoud, dont l'approche historique, en vertu même du volume des pièces à disposition, constituera toujours un travail important, et surtout difficile.
    René Meylan, en une douzaine de page, aura réussi à donner une histoire succinte mais solide de cette mythique forêt. Il pouvait écrire en introduction:

    Origine de la forêt - On doit la conservation de ce beau massif forestier à des circonstances historiques, nées de sa position frontière, dès que le Haut-Jura s'ouvrit aux établissements humains. Attaquées de toutes parts par les moines défricheurs fixés dans ces solitudes, les "noires joux" se resserrent de plus en plus, leur front continu se disloque en mas de plus ou moins grande importance. La hache, l'incendie et le vent s'unissent dans leur oeuvre de destruction et les hautes futaies font place aux pâturages boisés, aux taillis, aux cultures. Le Risoud, marche forestière sur plus de vingt kilomètres, est un fragment de la sylve primitive préservé de la ruine par sa valeur stratégique.