208. Les Crêts à Chatron, premiers alpages rachetés par la commune du Lieu, en 1740.
Le Chalet-Neuf des Crêts à Chatron vers 2000.
     Voilà deux montagnes qui ont donc une histoire vieille de plus de deux siècles et demi. Les deux chalets, encore debout, témoignent, par leurs charpentes tout au moins, de l'époque où ils ont été construits, tous deux dans la première moitié du XVIIIe siècle. Par un miracle étonnant, ils n'ont jamais brûlé. 
    Les Crêts à Chatron, propriété de David Aymé Rochat au début du XVIIIe siècle, furent rachetés. saif errier em 1712. par Jean de Beausobre, capitaine au service du Roy de France qui devait s'en désaisir quelque trente ans plus tard en faveur de la commune du Lieu. Alors il fallut sortir la belle somme de 30 000 florins. La location couvrait l'intérêt de ce capital. 
    On découvrira en ce nouveau chapitre le bel épisode du bail de Fernand Rochat de la Cornaz, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Celui-ci illustré par cinq photos peu pordinaires. 
    Les Crêts à Châtron, dès après Fernand Rochat, furent loués au Syndicat d'élevage des Charbonnières qui en a encore la gestion, tout au moins pour la partie à vent et une portion de la partie à bise. Ce n'est donc plus qu'une montagne à génisse, alors que les fabrications de gruyère y ont cessé depuis près de cent ans. 
    Lucien Reymond, dans sa notice de 1864, p. 28, explique le terme Chatron de la manière suivante: 
    "Les Rochat possédaient de grands pâturages. Les Crêts-à-Chatron, qui tirent leur nom de chatron ou taureau châtré".