1913. 29-30 août, un petit cyclone ravage entre autres dégâts le toit du chalet de la Lande.
Le toit de l'alpage de la Lande en a pâti.
    Après avoir menacé pendant deux journées consécutives d'une chaleur peu ordinaire, un ouragan ayant toutes les allures d'un cyclone s'est déchaîné sur le village du Brassus en causant des dégâts importants sur la Côte sud du village.
    Dans la nuit du 29 au 30 août, un peu après minuit, d'innombrables éclairs illuminaient sans arrêt le ciel chargé d'immenses nuages marchant un peu dans tous les sens. En même temps un bruit ininterrompu pareil à une cascade de gravier se faisait entendre, rappelant à beaucoup la journée mémorable du 19 août 1890.
    A l'approche de l'orage, en un clin d'oeil, tous ou à peu près furent debout, dans une anxiété facile à comprendre et prêts à toute éventualité. On n'eut heureusement rien à déplorer de grave, si ce n'est l'envahissement de quantité d'appartements par l'eau que le ciel déversait en une pluie torrentielle chassée dans toutes les directions.