18. Quand Samuel Aubert parcourt les Préalpes vaudoises des Ormonts à Bretaye - FAVJ du 29 septembre 1932 -
Le professeur Samuel Aubert à sa table de travail (1871-1955).
    Des Ormonts à Bretaye par Samuel Aubert, dans la FAVJ du 29 septembre 1932

 
     
    
Des Diablerets, le touriste regagne volontiers la vallée du Rhône par le col de la Croix. Un joli sentier grimpe à travers la forêt, puis arrivé au point culminant traverse des pâturages et descend sur Villard. Un embranchement permet de gagner Bretaye. Mais du col, ne manquez pas de gravir la très modeste sommité d’Arpille d’où la vue s’étend grandiose sur les sauvages parois du Culand, contrefort des Diablerets ; vers le sud-ouest ce sont les Dents du Midi et particulièrement la Cime de l’Est qui s’élance, altière et menaçante, dominant le sauvage ravin du Saint-Barthélemy. Tout près, au-dessous de vous, vous distinguerez avec émotion, j’en suis certain, le site de Taveyannaz, avec ses chalets gracieusement rangés à la surface d’un verdoyant pâturage, encerclé à demi par des pentes qui s’élèvent bien haut jusqu’à l’arête rocheuse qui descend du sommet des Diablerets. On admire ce site dans sa sobre et harmonieuse beauté, où, périodiquement les gens de Gryon et leurs amis viennent célébrer leur mi-été. Juste Olivier, a chanté la Taveyannaz en poète au cœur pris par le charme du lieu et les mœurs simples du temps. Ses strophes d’une exquise et naïve fraîcheur eurent leur heure de gloire puisqu’on les trouve imprimées dans maint chansonnier. S’en souvient-on, les chante-t-on encore là-bas aujourd’hui ?

                                       Ainsi nous de Gryon,

                                      Dansons à Taveyanne

                                      Comme ceux de Lausanne,

                                      Dansent sur Montbenon,

                                      Ainsi nous de Gryon.