179. Quand Lausanne revêt ses habits de lumière, deuxième partie, avant que la nuit ne tombe.
Il est des maisons étranges...
    Découvrir la ville au début de l'après-midi. Il fait si sombre que par moments l'on se croirait déjà au crépuscule. Mais c'est décembre, et parce que l'on sait que bientôt les rues et les vitrines scintilleront de lumière, cette légère pénombre, disons plutôt ce gris, froid et humide, peut-être qu'en haut il neige, cela n'est pas pour nous effrayer. Ni surtout pour nous démoraliser. Décembre, comme ça, quelques heures en ville, pour celui qui aime regarder, c'est un plaisir incomparable. On voudrait tout voir, tout savoir, tout enregistrer. On sait cela impossible. Alors on suit quelques rues. On se contente. On se souvient aussi.