171. Les "montagnes" de Morges à la Vallée de Joux, par Emile Küpfer (1944).
Du côté de Praz-Rodet.
    On pourrait s'étonner de ce qu'une communauté citadine comme Morges ait acquis des pâturages aussi éloignés que ceux qu'elle possède à la Vallée de Joux. La raison, qui en a déjà été indiquée, tient en ce peu de mots d'un texte de 1563: "pour le soulagement et nourriture de leur ménage", les bourgeois de Morges firent ces acquisitions. 
    L'acte d'achat de la montagne de Prarodet est du 5 juillet 1563, pour le principal, car l'acquisition en fut complétée par divers achats dans les années suivantes. Il en était question depuis un certain temps; en effet, le 28 mai 1554, le Conseil avait déjà délibéré sur l'achat d'une fruitière. Quand ce fut chose faite, une contribution spéciale ou giète fut levée par parmi les bourgeois, proportionnée à leur état de fortune. Il fut aussi précisé que nul ne pourrait alper à Prarodet plus de quatre vaches, et que ceux-là seuls en auraient le droit qui étaient à même de nourrir leurs bêtes en temps ordinaire.
                                                                                Emile Küpfer